Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Jim Powell

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche

Jim Powell est un chercheur associé au Cato Institute et ancien rédacteur en chef du "Laissez-faire Books".

Dans son livre écrit en 2000, Le triomphe de la liberté, Jim Powell a réalisé 65 profils biographiques[1] lapidaires et vifs. Il retrace la lutte pour la liberté contre l'oppression, de l'égalité devant le Droit, pour la paix, pour la justice sociale, pour la tolérance de la pensée et de l'expression, et de l'individualité. Parmi les diverses figures historiques, il présente Erasme, Thomas Jefferson, Benjamin Franklin, John Locke, H. L. Mencken. Il met en avant aussi des passionnés de la liberté qui méritent d'être encore mieux connus comme John Lilburne, un pamphlétaire anglais qui s'attaquait aux impôts et à la censure; Hugo Grotius, un philosophe pacifiste néerlandais et père du droit naturel, Lysander Spooner, un franc-tireur du 19e siècle, adversaire libertarien américain de la conscription militaire et contre l'intrusion de l'Etat dans la vie privée des individus. Jim Powell inclut des leaders d'inspiration libérale défenseurs des opprimés comme Raoul Wallenberg, Martin Luther King, Frederick Douglass, et les abolitionnistes comme William Lloyd Garrison ou Elizabeth Cady Stanton. Parmi ses personnages éclectiques de cette galerie de portraits bigarrés, on retrouve le psychiatre Thomas Szasz, adversaire de la responsabilité involontaire des malades mentaux, et la romancière et philosophe anti-collectiviste, Ayn Rand. De façon originale, curieuse et intéressante, la liste s'allonge avec des créateurs dont les œuvres encensent et propagent les idéaux de la liberté : l'auteur de science fiction, Robert A. Heinlein; le romancier Louis L'Amour, l'auteur d'opéra-comique, William S. Gilbert, plus d'autres auteurs littéraires (Friedrich Schiller, Victor Hugo, François Rabelais), de peintres (Goya) et de musiciens (Ludwig van Beethoven).

Dans un autre livre, écrit en 2005, La guerre de Wilson, Jim Powell se livre à une interprétation de l'histoire politique. Pour lui, les pires des maux que l'humanité ait connus, le communisme et le nazisme, ont été les conséquences involontaires de la décision du Président américain Woodrow Wilson de participer à la Première Guerre mondiale aux côtés des Alliés. L'intervention de Wilson a permis aux Alliés de vaincre l'Allemagne et d'imposer un règlement de paix très punitif qui a rendu les Allemands amers et antidémocratiques, et qui a facilité la montée d'Hitler. Pour Jim Powell, l'Empire allemand victorieux (en bon américain, il attribue aux Etats-Unis la victoire de 1918) aurait disparu sous son propre poids, et Hitler ou Staline seraient restés des inconnus au lieu d'avoir eu la possibilité de commettre des atrocités humaines[2]. L'intervention de l'Etat peut avoir des conséquences imprévues et cet exemple est n'est nulle part plus vrai que dans la politique étrangère de Woodrow Wilson si l'on suit l'interprétation de l'auteur.

Notes et références

  1. Mary Wollstonecraft (1759-1797), Roger Williams (1603-1688), Booker T. Washington (1856-1915), Raoul Wallenberg (1912_ ?), Mark Twain (1835-1910), Jacques Turgot (1727-1781), Alexis de Tocqueville (1805-1859), Henry Thoreau (1817-1862), Margaret Thatcher (1925-2013), Thomas Szasz (1920-2012), William Graham Sumner (1840-1910), George Stigler (1911]-1991), Elizabeth Cady Stanton (1815-1902), Lysander Spooner (1808-1887), Herbert Spencer (1820-1903), Adam Smith (1723-1790), Samuel Smiles (1812-1904), Algernon Sidney (1622-1683), Friedrich Schiller (1759-1805), Murray Rothbard (1926-1995), Ronald Reagan (1911-2004), Leonard Read (1898-1983), Anthony Fisher (1915-1988), Edward Crane (1944-), Ayn Rand (1905-1982), François Rabelais (vers 1490-1553), William Penn (1644-1718), Thomas Paine (1737-1809), Daniel O'Connell (1775-1847), Albert Jay Nock (1870-1945), Maria Montessori (1870-1952), Montesquieu (1689-1755), Ludwig von Mises (1881-1973), John Stuart Mill (1806-1873), H. L. Mencken (1880-1956), James Madison (1751-1836), Thomas B. Macaulay (1800-1859), John Locke (1632-1704), John Lilburne (1614?– 1657), Rose Wilder Lane (1887-1968), Louis L'Amour (1908-1988), Lafayette (1757-1834), Martin Luther King (1929-1968), Thomas Jefferson (1743-1826), Victor Hugo (1802-1885), Robert Heinlein (1907-1988), Friedrich Hayek (1899-1992), Hugo Grotius (1583-1645), Francisco Goya (1746-1828), William Ewart Gladstone (1809-1898), William S. Gilbert (1836-1911), William Lloyd Garrison (1805-1879), Milton Friedman (1912-2006), Benjamin Franklin (1706-1790), Charles James Fox (1749-1806), Desiderius Erasmus (1469?-1536), Frederick Douglass (1818-1895), Benjamin Constant (1767-1830), Edward Coke (1552-1634), Richard Cobden (1804-1865), Marcus Tullius Cicero (- 106 - - 43), James M. Buchanan (1919-2013), Ludwig van Beethoven (1770-1827), Frédéric Bastiat (1801-1850), Samuel Adams (1722-1803), Lord Acton (1834-1902)
  2. Jim Powell, malheureusement, ne montre pas que l'intervention américaine a permis de sauver de nombreuses vies humaines et d'interrompre un génocide programmé

Bibliographie

  • 1989, "The Gnomes of Tokyo: The Positive Impact of Foreign Investment in America", New York: AmacomBooks
  • 2005, Wilson’s War: How Woodrow Wilson’s Great Blunder Led to Hitler, Lenin, Stalin & World War II, New York: Crown Forum
  • 2008,
    • a. Greatest Emancipations: How the West Abolished Slavery, Macmillan
    • b. ‘‘Is Capitalism Dead?’’, Washington Post, Monday, October 20, pA14

Littérature secondaire

Archives Vidéos

  • Discours de Jim Powell sur son livre, "Le triomphe de la liberté : Une histoire de l'an 2000 racontée à travers les vies des plus grands champions de la Liberté", publié par Free Press.
  • Intervention de Jim Powell comparant et contrastant la politique économique du gouvernement fédéral pour stabiliser les marchés financiers et les banques pendant la Grande Dépression avec les politiques fédérales utilisées en 2008-2009 pour stabiliser les marchés et les banques.
  • Jim Powell parle de son livre, Bully Boy: La vérité sur le legs de Théodore Roosevelt, où il critique le Président Roosevelt en raison des conséquences de ses actes.



Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.