Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Williamson Evers

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche

Williamson N. Evers (ou Bill Evers), né le 18 octobre 1948, est un expert en politique de l'éducation. Il a rejoint The Independent Institute en 2019 en tant que directeur du Centre indépendant sur l'excellence en éducation. Auparavant, il fut pendant deux décennies chercheur sénior à la Hoover Institution de l'Université de Stanford. C'est un spécialiste des programmes d'études et des opportunités éducatives. Il mène également des recherches sur la responsabilité et les finances des écoles. Il a obtenu tous ses diplômes (BA en 1972, MA en 1978 et PhD en 1987) en sciences politiques à l'Université de Stanford. Sa thèse portait sur les limites de la liberté de la presse dans la théorie politique depuis Milton jusqu'à Hocking.

Son ancien activisme dans le parti libertarien

Williamson Evers a été président du Parti libertarien de Californie, au moment où il était un fidèle ami de Murray Rothbard. Il a contribué à de nombreux articles, dans les années 1970 dans la newsletter, The Libertarian Forum. Le numéro de novembre-décembre de 1975 du Libertarian Party News, l'organe officiel du parti libertarien national, Bill Evers fait paraître un article dévastateur sur la prétention de Ronald Reagan à se présenter en tant que libertarien, "Reagan : Hubert Humphrey of the Right ?". L'article était indispensable pour quiconque avait besoin de munitions intellectuelles pour réfuter cette affirmation.

En 1980, il fut le candidat du parti libertarien au Congrès dans le 12e district du de Californie. Il fut le premier rédacteur en chef du magazine libertarien Inquiry qui a été initialement publié par l'Institut Cato. Il a été brusquement licencié dans un conflit de pouvoir interne avec le président de Cato, Ed Crane. Il a également été le directeur de la campagne nationale de David Bergland pour le comité présidentiel de 1984.

À la fin des années 1990, il a commencé à travailler au sein du Parti républicain, tout d'abord dans l'équipe de transition de George W. Bush après les élections de 2000 et en tant que son conseiller lors des campagnes de 2000 et 2004. Il fut l'un des conseillers de McCain en 2008 et de Romney dans les élections présidentielles de 2012.

L'école publique est une institution avec des services peu performants qui se désintègrent peu à peu

Le travail de Wiliamson Evers, aujourd'hui, consiste à examiner la crise de l'éducation à laquelle sont confrontés les Américains et de tracer une voie pour atteindre l'excellence pour tous dans le domaine de l'éducation. Dans son article du 29 juillet 2019 dans le Wall Street Journal, "La Californie veut apprendre à vos enfants que le capitalisme est raciste", il a déclenché une tempête d'inquiétude. En effet, Il a démontré que le nouveau programme "d'études ethniques" élaboré par le ministère de l'Éducation de Californie, était un manuel de propagande en classe. Son article a rallié les parents, les enseignants et d'autres personnes pour protester contre les bureaucrates de l'État de Californie en les obligeant à retirer la proposition et de faire des révisions des manuels proposés.

Dans son rapport sur l'éducation écrit en 2015, il s'appuie sur le livre influent d'Albert Hirschman, "Exit, Voice, and Loyalty" pour analyser la conception des normes de contenu des connaissances dans le socle commun national qui commence à être mis en place aux États-Unis. En effet, les citoyens comptent fortement sur les services de l'éducation. Mais comment peuvent-ils réagir à une situation qui se détériore sans cesse ? Dans la logique de Hirschman, ils peuvent prendre la sortie[1] c'est-à-dire se tourner vers un autre fournisseur ou bien quitter le territoire (parfois assez proche, parfois éloigné). Un tel mouvement est appelé le « vote avec les pieds » depuis l'article de Charles Tiebout[2] en 1956.

S'ils choisissent la voix, ils peuvent participer à la vie politique comme cela est le cas dans toute république constitutionnelle comme les États-Unis. Le pouvoir repose sur le consentement des gouvernés et les élections légitiment ou non le système politique en place. Cependant le système de la démocratie participative ou délibérative a des failles, nous indique Williamson Evers. Le vote rend illégitime des formes d'action économique et politique plus directes, intenses et expressives et qui sont aussi plus rapides, efficaces et satisfaisantes.

Quand Alexis de Tocqueville visita l'Amérique dans les années 1830, raconte Williamson Evers, il trouva que les américains étaient intensément fidèles à leurs écoles publiques. Bien qu'elles soient souvent payantes, les écoles publiques étaient considérées comme des extensions des familles et elles étaient intégrées dans leurs quartiers de vie. Elles étaient quelquefois des œuvres de bienfaisance soutenues volontairement et appartenant à la société civile. Par contre, l'aristocrate français craignait la nationalisation de l'industrie de la presse produite par les conditions centralisées et hiérarchisées du pouvoir qui réduit la pensée des citoyens au conformisme. L'opinion publique ne se développe plus alors librement car les sources d'information centralisées ont tendance à donner à tout le monde la même opinion. L'effet de la presse est identique à celle de l'éducation. Bill Evers maintient toutefois que les citoyens américains restent loyaux à leur système d'école publique en raison du contrôle local qui subsiste sur l'école. Mais, l'auteur nous prévient que les contribuables considèrent que les écoles publiques deviennent de plus en plus une bureaucratie insensible et en déclin depuis le moment où elles ont commencé à exécuter les édits émis depuis des agences politiques lointaines.

Offrir des options de sortie individuelle aux contribuables en cas de leur insatisfaction des services publics

Dans le cas des écoles, les parents, c'est-à-dire les décideurs ultimes du choix de l'éducation de leurs enfants, doivent être libérés, nous indique l'ancien compagnon de route de Murray Rothbard. L'organisation scolaire vieillotte serait ainsi rajeunie par une nouvelle dynamique de choix avec une plus grande inventivité des prestataires d'éducation et de meilleures options de services pour les parents et les enfants. Cette option de concurrence par la découverte s'oppose à la stratégie des partisans du socle commun qui souhaitent supprimer peu à peu l'option de sortie. L'option du socle commun est l'affirmation d'un cartel scolaire national presque incontournable et immuable dans le temps. Au lieu d'accélérer le développement intellectuel des enfants, cette politique conduit au ralentissement de la progression d'apprentissage des enfants.

La politique du socle commun est opposée aux principes fondamentaux du droit de sortie et d'expression de la voix qui sont des composantes essentielles et complémentaires de la liberté constitutionnelle. C'est la raison pour laquelle les différents gouvernements restreignent ces deux facteurs conjointement par l'institution d'un cartel ou d'un monopole de l'éducation parrainés par l'État[3].

Afin de sortir du monopole de l'enseignement public, Williamson Evers rappelle les propositions du prix Nobel d'économie, Milton Friedman[4], avec ses vouchers (des bons d'achat scolaire[5]) ou l'existence minoritaire des écoles à charte. Mais, il souligne des options de sortie plus puissantes de la liberté de choix[6] de son école en s'appuyant sur la gouvernance concurrentielle.

La gouvernance concurrentielle : source de liberté de choix dans l'éducation

La gouvernance concurrentielle[7] est une concurrence horizontale entre les différentes circonscriptions. Elle repose sur une inversion verticale de la lecture traditionnelle de la constitution. Au lieu de considérer ce document fondateur et fédérateur comme une contrainte que l'État exerce sur ses sujets, l'économie constitutionnelle propose une inversion de bas en haut[8]. Les individus sont les éléments fondateurs et fédérateurs d'une nation et non pas l'inverse. Par conséquent, il faut reconsidérer l'architecture des diverses juridictions confinées d'une nation, de même niveau, comme des chemins de liberté transversaux. Il faut casser leur étanchéité en matière d'offre scolaire.

Williamson Evers approuve la vision de James Madison et de son fédéralisme concurrentielle. Il cite l'économiste Caroline Hoxby[9] qui a étudié les zones métropolitaines avec de nombreux districts scolaires (comme dans la ville de Boston) par rapport aux zones métropolitaines contenues dans un grand district (comme dans les villes de Miami ou de Los Angeles). Elle a constaté que les performances des élèves sont meilleures dans les zones où les multiples circonscriptions sont concurrentes dans l'offre d'éducation, car les parents qui disposent du même niveau de revenu peuvent se déplacer, à la marge, d'une localité à une autre, à la recherche d'une meilleure éducation pour leurs enfants.

Or, la philosophie du socle commun repose sur l'uniformité des programmes scolaires, ce qui s'oppose à une variété de programmes d'études nationaux et locaux. Comme le montre la théorie économique des cartels, un mécanisme de contrôle et de punition est nécessaire pour que le cartel puisse se maintenir sur une longue durée. En d'autres termes, les acteurs du cartel cherchent à écarter ceux qui veulent échapper aux restrictions du cartel ou ceux qui préfèrent une flexibilité accrue du système. De plus, lorsque des autorités publiques de différents niveau hiérarchique, par exemple l'État et les régions s'entendent, elles remplacent la concurrence de l'offre éducative par un cartel anticoncurrentiel.

Selon l'analyse de bon sens de Williamson Evers, la nationalisation des normes et des tests scolaires éliminent les critères de différenciation entre les circonscriptions et donc de réforme progressive pour améliorer le niveau d'instruction entre les États en concurrence. Cependant, le désir de s'exprimer ou d'action politique peut devenir particulièrement intense lorsque les gens sont confrontés à la voie sans issue où la perspective de sortir de la voie obligatoire, d'un changement alternatif et des voies d'évacuation sont impossibles. Alors, la crise politique monte et se concrétise par des manifestations de rue, voire par des violences.

Informations complémentaires

Notes et références

  1. Donc, les citoyens peuvent soit se déplacer ou soit changer les caractéristiques de l'endroit qu'ils occupent. Williamson Evers cite un certain nombre d'exemples symboliques de peuples qui ont choisi la sortie dans l'histoire caractérisant une voie de défense personnelle pour les "sans voix".
    • L'Exode des anciens Hébreux de la servitude de l'Egypte pharaonique.
    • Les Pèlerins et autres réfugiés religieux qui ont quitté l'Europe pour le Nouveau monde.
    • Les pionniers américains qui ont quitté la côte atlantique pour la frontière de l'ouest.
    • Les agriculteurs et les ouvriers industriels qui sont venus d'Europe et d'Asie, au 19ème siècle et au début du 20ème siècle, pour se rendre à Ellis Island dans le port de New York et à Angel Island à San Francisco.
    • Les esclaves américains des États-Unis qui ont déménagé vers le Nord avant et après la fin de l'esclavage.
    • Les évadés, les réfugiés et les exilés du national-socialisme et du communisme avant et après la seconde guerre mondiale
  2. Charles M. Tiebout, 1956, "A Pure Theory of Local Expenditure", Journal of Political Economy, Vol 64, n°5, octobre, pp416-424
  3. Lorsqu'il n'y a pas de contrôle gouvernemental total sur les substituts à l'éducation, les gens choisissent toujours leur option de liberté de choix. Lorsque le contrôle de l'État est partiel, les contribuables acceptent malgré eux de payer deux fois le prix. Une première fois, ils paient en tant que contribuable. Les parents qui ont choisi de sortir du large cercle monopolisé de l'école publique n'ont pas d'équivalence fiscale, c'est à dire qu'ils n'ont pas une visibilité sur leur contribution fiscale. Quel est l'échange entre le montant qu'ils donnent à l'État en retour du service d'éducation qu'ils reçoivent ? Lorsque Hirschman écrit, "Exit, Voice, and Loyalty", il est inspiré par l'exemple des chemins de fer appartenant au gouvernement au Nigeria. Même si ces entreprises publiques fournissaient un service médiocre, elles continuaient à fonctionner car elles étaient soutenues financièrement par les fonds du contribuable. Cependant, cela n'empêchait pas certains clients de choisir le transport par camion privé. Ils payaient alors une deuxième fois le prix du transport. Les écoles publiques, grâce au soutien du gouvernement, sont capables de survivre paradoxalement même lorsqu'elles perdent des élèves de leur cahier d'appel.
  4. Milton Friedman, 1955, "The Role of Government in Education", In: Robert A. Solo, dir., "Economics and the Public Interest", New Brunswick, NJ : Rutgers University Press, pp123–144
  5. La disponibilité de bourses d'opportunité renforce le sentiment de pouvoir des parents et les amène à exercer leur "voix" avec moins d'inhibition.
  6. John E. Chubb, Terry M. Moe, 1990, "Politics, Markets and America’s Schools", Washington, DC: Brookings Institution
  7. Thomas R. Dye, 1990, "American Federalism: Competition Among Governments", Lexington, MA: Lexington Books
  8. Michael Greve, 2012, "The Upside-Down Constitution", Cambridge, MA: Harvard University Press
  9. Caroline M. Hoxby, 2000, "Does Competition among Public Schools Benefit Students and Taxpayers?", American Economic Review, Vol 90, pp1209–1238

Publications

  • 1996, "Victims' rights, restitution, and retribution", Oakland, Calif.: Independent Institute
  • 2000,
    • a. "Liberty of the Press under Socialism", In: Annelise Graebner Anderson, dir., "Political money : deregulating American politics : selected writings on campaign finance reform", Hoover Institution Press
    • b. "The curriculum smorgasbord", In: Paul E. Peterson, John E. Chubb, dir., "Our schools and our future : are we still at risk?", Hoover Institution Press
  • 2001, avec Lance T. Izumi, Pamela A. Riley, "School Reform: The Critical Issues", Hoover Institution Press
  • 2002,
    • a. avec Herbert J. Walberg, "School Accountability", Hoover Institution Press
    • b. avec Lance T. Izumi, "Teacher Quality", Hoover Institution Press
  • 2004, avec Herbert J. Walberg, "Testing student learning, evaluating teaching effectiveness", Hoover Institution Press
  • 2005, avec Lance T. Izumi, "Fixing Failing Schools in California", In: John E. Chubb, dir., "Within Our Reach: How America Can Educate Every Child", Rowman & Littlefield

Littérature secondaires

Liens externes

  • "Against the Common Core", Defining Ideas, texte écrit par Williamson Evers, sur le site de la Hoover Institution, déposé le 4 septembre 2014. Cet essai a été adapté du témoignage de Williamson M. Evers devant le Comité des règles et de référence de la Chambre des représentants de l'Ohio, le 19 août 2014.

Liens audio

  • “Schools Should Be Open". Williamson Evers apparaît dans l'émission de radio de David Webb. Il explique pourquoi les écoles devraient ouvrir durant la pandémie du le COVID-19 parce que les étudiants prennent du retard. Les enseignants présentent un faible risque de contracter le COVID-19, dit Williamson Evers et doivent être de retour en classe dès que possible.