Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demandez un compte à adminwiki@liberaux.org. N'hésitez pas !


Lumières écossaises

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
David Hume

Les lumières écossaises (ou anglo-écossaises) (Scottish Enlightment) sont un mouvement intellectuel écossais du XVIIIe siècle, qui offre une tendance intellectuelle très différente des Lumières françaises.

A l'opposé du cartésianisme, cette tradition met l'accent sur le caractère limité de la raison humaine  : le fonctionnement de la société repose sur des pratiques et des institutions efficaces et fécondes mais que nous ne pouvons comprendre intégralement. Elles ont pris forme à la faveur d'un processus évolutif. Étant donné la complexité sociale, il est impossible à un gouvernement d'administrer la société de façon autoritaire sans créer plus de désordre que d'ordre. Les institutions démocratiques et libérales sont donc la seule manière rationnelle de gérer cette complexité.

La tradition de l'ordre spontané refuse l'idée que le droit et les institutions puissent être le produit de la seule volonté humaine. Ses principaux représentants sont Edmund Burke, Francis Hutcheson, Adam Smith, Adam Ferguson, David Hume et Bernard Mandeville au XVIIIe siècle.

Contexte historique et intellectuel de l'Écosse des Lumières

L'Écosse des Lumières, également connue sous le nom de Scottish Enlightenment, désigne une période de bouillonnement intellectuel et de progrès en Écosse, principalement du 18e siècle au début du 19e siècle. Cette période a été marquée par des avancées significatives dans les domaines de la philosophie, de l'économie, des sciences naturelles, de la littérature et de la pensée politique.

Plusieurs facteurs ont contribué à l'émergence de l'Écosse des Lumières. Tout d'abord, l'Union entre l'Écosse et l'Angleterre en 1707 a créé un climat de stabilité politique et économique propice aux échanges intellectuels et au développement des idées. De plus, l'Écosse a connu une croissance économique grâce à l'expansion de l'industrie textile, du commerce et de la finance, ce qui a permis l'émergence d'une classe moyenne éduquée et influente.

Un élément clé de l'Écosse des Lumières était l'Université d'Édimbourg, qui a joué un rôle central dans la diffusion des idées et dans la formation d'intellectuels éminents. Les penseurs écossais de l'époque étaient souvent des universitaires engagés dans plusieurs domaines de connaissance, ce qui a favorisé les échanges interdisciplinaires et la diffusion des idées.

Parmi les figures les plus marquantes de l'Écosse des Lumières, on peut citer Adam Smith, le père de l'économie moderne, dont l'œuvre majeure, "La Richesse des nations", a influencé de manière significative la pensée économique et politique. D'autres penseurs importants incluent David Hume, qui a apporté des contributions majeures en philosophie et en sciences sociales, et Adam Ferguson, qui a étudié la société et les institutions humaines.

L'Écosse des Lumières était caractérisée par une approche empirique et rationnelle de la connaissance. Les penseurs de cette époque valorisaient l'observation, l'expérience et la raison, cherchant à comprendre les lois naturelles et sociales pour améliorer la condition humaine.

L'influence de l'Écosse des Lumières s'est étendue au-delà de ses frontières, contribuant à façonner le mouvement plus vaste des Lumières en Europe et dans le monde. Les idées développées par les penseurs écossais ont laissé un héritage durable dans les domaines de l'économie, de la philosophie, de la sociologie et de la pensée politique, et continuent d'influencer notre compréhension du monde moderne.


Bibliographie

  • 1965, A. Skinner, "‘Economics and History: The Scottish Enlightenment’", Scottish Journal of Political Economy, 12, pp1-22
  • 1967, H. R. Trevor-Roper, "‘The Scottish Enlightenment’", Studies of Voltaire and the Eighteenth Century, 58, pp1635-1658
  • 1976, A. C. Chitnis, "The Scottish Enlightenment", London, Croom Helm
  • 1978, H. M. Höpfl, "From Savage to Scotsman: Conjectural History in the Scottish Enlightenment", Journal of British Studies, 17 (2), pp19-40
  • 1981, N. T. Phillipson, "‘The Scottish Enlightenment’", In: R. Porter et M. Teich, dir., "Enlightenment in National Context", Cambridge, Cambridge University Press, pp19-40
  • 1983, J. Pocock, "‘Cambridge Paradigms and Scotch Philosophers: A Study of the Relations Between the Civic Humanist and the Civil Jurisprudential Interpretations of Eighteenth-century Social Thought’", In: I. Hont et M. Ignatieff, dir., "Wealth and Virtue", Cambridge, Cambridge University Press.
  • 1989, A. Broadie, "The Tradition of Scottish Philosophy: A New Perspective on the Enlightenment", Edinburgh, Edinbugh, Edinburgh University Press
  • 1993,
    • D. Allan, "Virtue, Learning and the Scottish Enlightenment", Edinburgh, Edinburgh University Press
    • Henry C. Clark, "Women and Humanity in Scottish Enlightenment Social Thought: The Case of Adam Smith", Historical Reflections / Réflexions Historiques, Vol 19, n°3, Fall, pp335-361
  • 1997, A. Dow, S. C. Dow et A. Hutton, "‘The Scottish Political Economy Tradition and Modern Economics’", Scottish Journal of Political Economy, 44(4)
  • 2001, Arthur Herman, How the Scots Invented the Modern World: The True Story of How Western Europe’s Poorest Nation Created Our World and Everything in It, New York: Crown Publishing Group
  • 2003,
    • A. Broadie, dir., "The Cambridge Companion to the Scottish Enlightenment", Cambridge, Cambridge University Press
    • R. Emerson, "‘The Contexts of the Scottish Enlightenment’", In: A. Broadie, dir., The Cambridge Companion to the Scottish Enlightenment, Cambridge, Cambridge University Press
  • 2006, Alexander Dow et Sheila Dow, dir., A History of Scottish Economic Thought, London, Routledge
  • 2009, Craig Smith, "The Scottish Enlightenment, Unintended Consequences and the Science of Man", Journal of Scottish Philosophy, vol 7, n°1, March, pp9–28

Liens externes


Philosophie.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.