Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Théorie de la cognition située

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche

La théorie de la cognition située est une théorie qui soutient que la cognition est étroitement liée au contexte dans lequel elle se produit. Elle suggère que l'esprit et le corps sont interconnectés et que la cognition est enracinée dans l'expérience concrète de l'individu. Elle pose donc le principe que le savoir est inséparable de l'action. Par conséquent, toute connaissance est située dans une activité qui est liée aux contextes sociaux, culturels et physiques.

Impact de la théorie de la cognition située sur l'apprentissage en contexte professionnel

Selon cette théorie, la cognition n'est pas un processus qui se produit dans l'esprit seul, mais plutôt une activité qui se produit dans un environnement social, culturel et physique. Elle soutient que la cognition est fortement influencée par le contexte dans lequel elle se produit, notamment les stimuli physiques, les interactions sociales et les connaissances culturelles.

La théorie de la cognition située a des implications importantes pour l'éducation et l'apprentissage. Elle suggère que l'apprentissage est plus efficace lorsqu'il est ancré dans un contexte pertinent et significatif pour l'individu. Elle souligne également l'importance de l'apprentissage par l'expérience et de la participation active dans des contextes authentiques.

Dans le contexte de l'entreprise, la théorie de la cognition située peut aider à expliquer comment les individus acquièrent et utilisent des connaissances dans un environnement de travail. Elle suggère que les connaissances ne sont pas simplement transférées d'une personne à une autre, mais sont plutôt construites à travers des interactions sociales et des expériences pratiques dans un contexte de travail donné.

Quelles sont les relations entre la cognition située et l'apprentissage situé ?

La cognition située et l'apprentissage situé sont étroitement liés car ils partagent l'idée que l'apprentissage se produit dans un contexte spécifique et qu'il est influencé par les interactions sociales et physiques qui s'y produisent.

La cognition située se concentre sur la manière dont la cognition est enracinée dans l'expérience concrète de l'individu et souligne l'importance du contexte social, culturel et physique dans lequel l'apprentissage se produit.

L'apprentissage situé, quant à lui, est une théorie qui souligne l'importance de l'apprentissage dans des contextes authentiques, où les individus sont impliqués dans des activités pratiques et ont des interactions significatives avec leur environnement et les autres personnes.

Ainsi, les deux théories se rejoignent sur l'idée que l'apprentissage est un processus situé dans un contexte spécifique et que l'apprentissage efficace nécessite une participation active et des interactions significatives avec le contexte.

Voici quelques exemples pour illustrer les relations entre la cognition située et l'apprentissage situé :

  • Un élève qui apprend à cuisiner avec sa mère dans la cuisine de sa maison (contexte physique et social) utilise ses sens pour apprendre les textures et les goûts (cognition située) tout en acquérant des compétences pratiques en cuisine (apprentissage situé).
  • Un stagiaire qui travaille dans une entreprise technologique utilise des outils et des technologies spécifiques (contexte physique) et apprend des compétences pratiques en travaillant avec des collègues expérimentés (contexte social) pour résoudre des problèmes complexes (cognition située) liés à des projets réels (apprentissage situé).
  • Un groupe d'étudiants qui apprennent l'histoire de l'art dans un musée (contexte physique) discutent des œuvres d'art avec leur enseignant et les autres étudiants (contexte social) pour acquérir une compréhension plus profonde de l'art et de son contexte historique (cognition située) tout en développant une appréciation plus complète de l'art en observant les œuvres originales (apprentissage situé).

La théorie thymo-linguistique de Don Lavoie est-elle une théorie de la cognition située ?

Dans la vie, ni les fins, ni les moyens ne sont donnés, mais chaque personne les découvre tout au long de son existence. L'effet d'apprentissage implique l'hypothèse que l'individu agisse de façon entrepreneuriale afin d'améliorer sa future existence. Autrement dit, réussir dans les processus d'échange n'est pas automatique, l'action humaine consiste à connaître les besoins changeants et les possibilités d'achat de l'autre partie, y compris de découvrir l'existence même des informations et la valeur de celles-ci pour agir de manière coordonnée et efficace avec les besoins des autres.

Dans la nouvelle vision herméneutique de l'école autrichienne présentée par Don Lavoie, la cognition et l'apprentissage sont compris comme des interactions entre l'individu et une situation. Le savoir est considéré comme situé dans le capital et il résulte du produit de l'activité, du contexte et de la culture dans lesquels il est formé et utilisé. Don Lavoie, issu de l'école autrichienne d'économie reprend à son compte le constructionnisme institutionalisé. Mais, pour sa part il met en avant le rôle de l'entrepreneur dans sa recherche d'orientation mutuelle avec ses clients ainsi que de l'importance du contexte linguistique dans lequel sont situés les différents protagonistes. L'entrepreneur lit le monde. Et, il ne peut le décoder qu'en décryptant les codes thymologiques (= psychologiques) que lui proposent l'échange des codes linguistiques. Le prix est une forme de langue codée mais il ne représente pas l'ensemble des informations dont dispose l'entrepreneur situé dans un contexte particulier.

La théorie thymo-linguistique de Don Lavoie ne peut pas être considérée comme une théorie de la cognition située au sens strict du terme. En effet, la théorie de la cognition située met l'accent sur l'importance du contexte et de l'environnement dans la formation de la connaissance et de la compréhension. Elle suggère que la cognition n'est pas simplement une question de traitement de l'information, mais qu'elle est plutôt ancrée dans l'interaction entre l'individu et son environnement.

En revanche, la théorie thymo-linguistique de Don Lavoie se concentre sur l'importance du langage et de la communication pour la formation de la connaissance et de la compréhension. Cette théorie met l'accent sur la façon dont les concepts et les catégories sont formés et communiqués à travers le langage, et sur la façon dont le langage peut influencer la pensée et le comportement. Bien que cette théorie ne soit pas explicitement une théorie de la cognition située, elle partage certaines similitudes avec cette approche, notamment l'importance accordée au contexte et à l'interaction.

Informations complémentaires

Notes et références


Bibliographie

  • 1989, John Seely Brown, A. Collins, S. Duguid, "Situated cognition and the culture of learning", Educational Researcher, 18 (1), pp32–42
  • 2014, Ronald K. Mitchell, J. Robert Mitchell, Miles A. Zachary, Michael R. Ryan, "Simulating socially situated Cognition in exchange creation", In: J. Robert Mitchell, Ronald K. Mitchell, Brandon Randolph-Seng, dir., "Handbook of Entrepreneurial Cognition", Edward Elgar, Cheltenham, UK • Northampton, MA, USA, pp412-447

Articles connexes