Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Droit à la vie

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche

Le droit à la vie ou droit à exister est la considération selon laquelle la vie a une valeur intrinsèque ou sacrée. C'est non seulement un principe de valorisation, mais c'est aussi un principe qui justifie la protection de la vie humaine contre toute atteinte à l'intégrité de la personne. Le droit à la vie est considéré comme un droit fondamental et selon certaines considérations un droit inconditionnel. Il s'agit donc principalement de l'interdiction du meurtre, condition indispensable à la vie en société, sur laquelle tous les libéraux s'accordent. Le droit à la vie doit être compris comme le droit de ne pas être tué, pas obligatoirement comme un droit à être assisté, entretenu ou maintenu en vie aux dépens de quelqu'un d'autre.

B0.jpg Discussions sur le forum
Comment Définir Les Droits Et Le Droit à La Vie ? (for)

Considérations préliminaires

En tant que droit existentiel, sa légitimité est attachée au fait qu'il appartient à chaque individu indépendamment de son inscription dans un système juridique donné. En contrepartie il engage certaines obligations et responsabilités découlant de la sauvegarde et protection de la vie.

Le droit à la vie participe de différentes considérations :

  • la peine de mort, condamnation d'une personne à la mort, ou punition extrêmement sévère consistant à priver de vie un meurtrier ou un grand criminel ;
  • la situation de guerre, comme situation où le "droit de tuer" un ennemi est permise ;
  • l'avortement, permission d'interrompre volontairement le processus de gestation ;
  • l'euthanasie, ou droit de mourir, possibilité de mettre fin aux souffrances en acceptant de laisser mourir ;
  • l'eugénisme, discrimination sélective visant à ôter la vie de certaines personnes dans le but d'exclure certaines caractéristiques héréditaires. Pratiques d'hygiène raciale par exemple ;
  • le suicide, acte volontaire consistant à s'infliger sa propre mort ;
  • le droit au port d'armes, droit de neutraliser un danger de mort, légitime-défense ;
  • le droit animal, extension du droit à la vie au-delà de l'espèce humaine sur la base de considérations éthiques et biologiques.

Toutes ses considérations ont des implications importantes, tant sur le plan de comment la vie est envisagée ou abordée, tant sur le plan de la complexité sur les sujets considérés.

La peine de mort peut être justifiée selon deux arguments, un visant l'utilité sociale l'autre touchant la justice. D'un point de vue d'utilité sociale, elle consiste à éliminer le crime dans l'optique d'éviter la perte de vies humaines futures, la vie d'un ou plusieurs innocents est plus importante que la vie d'un criminel. De ce point de vue la peine de mort vise aussi à persuader les potentiels criminels à ne pas passer à l'acte. L'argument de justice est celui qui consiste à punir en privant le criminel d'un droit à la vie, le criminel perd ce droit.

En situation de guerre les individus sont confrontés à un danger de mort, en général la valeur de la vie prend toute son ampleur. La condition de vie en guerre est extrême et implique une stratégie de maintien en vie, cas contraire l'exposition au danger peut être fatal. Dans une situation comme celle-ci, en dehors des aspects techniques de conflit, la principale condition pour se maintenir en vie est celle qui implique le droit de tuer. L'objection de conscience est une forme de désobéissance qui consiste à refuser son engagement, soit à tuer le considéré ennemi, soit à perdre sa vie pour d'autres valeurs.


Critiques

Pour certains libéraux l'expression « droit à la vie » peut être ambiguë. L'expression peut être à double tranchant car elle peut induire l'idée que les individus pourraient exiger des avantages ou le versement de certaines prestation comme un dû, le droit à la vie se confondrait alors à un « droit à une vie décente ». Afin d'éviter cette ambiguïté il est préférable d'avoir recours à la notion de propriété inaliénable de soi, semblable au droit à la vie, elle offre une signification plus étroite et objective.

En effet, certaines idéologies collectivistes tendent à convertir le droit à la vie en faux droit, comme un droit à exiger une assistance sociale ou matérielle, à bénéficier sans conditions d'une certaine sécurité sociale, au lieu de le considérer comme un principe de responsabilité n'entraînant pas des charges abusives et injustifiées pour autrui :

« Un droit n’inclut pas son exécution matérielle par les autres hommes. Il inclut seulement la liberté d’aboutir à cette exécution par son propre effort (...) Un homme a le droit d’entreprendre les actions nécessaires à la réalisation de son bonheur ; il ne signifie pas que les autres doivent le rendre heureux (...) Le droit à la vie signifie qu’un homme a le droit de pourvoir à sa vie par ses propres efforts aussi loin que sa compétence le lui permet. Il ne signifie pas que les autres doivent le pourvoir face aux nécessités de la vie (...) Toute entreprise qui implique plus d’un individu exige le consentement volontaire de chaque participant. Chacun d’entre eux a le droit de prendre sa propre décision, mais aucun n’a le droit de l’imposer aux autres. » (Ayn Rand, Les Droits de l’homme, 1963)

Certains auteurs, comme Murray Rothbard, affirment que le droit à la vie d'une personne ne peut être légitimement interprété comme un Droit exécutoire imposant à une autre personne le devoir d’accomplir une action visant au maintien de sa vie, c'est à dire qu'il n'est pas légitime de forcer quelqu'un à maintenir en vie une autre personne. Selon lui le droit à la vie ne signifie pas le droit de violer les droits d'une autre. Toujours selon Rothbard, même un enfant n'a pas le droit exécutoire d'exiger un "droit à la vie" à ses parents, aucun parent doit être forcé légalement à le faire (voir L'enfant est-il une marchandise ?) ; Toutefois, la position moins extrême de la plupart des autres auteurs libéraux est celle que les parents ont la responsabilité de l'élever et de subvenir à ses besoins jusqu'à ce qu'il devienne autonome.

Inversement, la vie ne peut être imposée à qui souhaite la mort en connaissance de cause : l'acharnement thérapeutique, l'opposition au suicide ou à l'euthanasie vont à l'encontre du consentement des personnes.

Citations

  • Il n'y a qu'un seul droit fondamental (tous les autres sont ses conséquences ou corollaires) : le droit d'un homme à sa propre vie. La vie est un processus d'action qui s'auto-génère et s'auto-entretient ; le droit à la vie signifie le droit de s'engager dans un tel processus, c'est-à-dire la liberté de prendre toutes les actions requises par la nature d'un être rationnel pour la conservation, le développement, l'accomplissement et la jouissance de sa propre vie. Telle est la signification du droit à la vie, à la liberté et à la recherche du bonheur. (Ayn Rand, La vertu d'égoïsme)
  • Lorsque l’individu dit qu’il a un droit valide à la vie, il veut dire que tout ce qu’il est, est sien : son corps, son esprit, ses facultés. Peut-être la vie suppose-t-elle autre chose, telle une âme, mais sans entrer dans ce domaine, il est prêt à s’accorder sur ce qu’il sait de lui-même, sa conscience. Tout ce qui est « moi » est « mien ». Cela implique, bien sûr, que tout ce qui est « toi » est « tien » – puisque chaque « toi » est un « moi ». Les droits fonctionnent dans les deux sens. Mais, alors que le fait de vouloir vivre accorde à l’individu un droit sur sa vie, ce titre demeure vide, à moins qu’il puisse acquérir les choses qui rendent la vie vivable, à commencer par la nourriture, le vêtement et l’abri. Ces choses ne viennent pas à soi parce qu’on les souhaite, elles nous viennent par suite d’un travail combiné aux matières premières. Il faut donner quelque chose de soi – ses muscles ou son cerveau – pour rendre disponibles les choses nécessaires. (Frank Chodorov, La source du Droit)

Lien externe

7684-efdur-Justice.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail concernant le droit et la justice.


7640-efdur-Babelwiki.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur les sujets de société.