Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Théocratie

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche

La théocratie (théokratia, θεοκρατία) désigne tout système politique où la légitimité du pouvoir et son autorité sont fondés sur des principes théologiques ou religieux. Dans la théocratie, le titulaire de la souveraineté est en effet la divinité. Dans son sens contemporain, le mot théocratie est devenu un terme péjoratif et synonyme de dictature, d'État totalitaire ou d'État où règne la confusion entre la sphère politique et religieuse.

Historiquement, certaines religions officielles, comme le christianisme ou l'islam, ont affirmé leur légitimité sur le pouvoir temporel ou politique, favorisant une constitution théocratique, du fait que selon elles « toute loi a été instituée suivant la volonté de Dieu ». En Occident, la théocratie s'est fréquemment traduite par l'instauration d'une monarchie "de droit divin" ou d'une hiérocratie.

Theocracyfruits.jpg

Histoire de l'expression

L'expression fut créé par l’historien juif Flavius Josèphe, né Joseph b. Mattatyahu. Dans son œuvre « Contre Apion » il retrace l'antiquité du peuple juif et conteste certaines allégations tenues par le grammairien Apion à propos des juifs. Son plan est de réfuter les erreurs et accusations d'Apion, mais aussi celles de Apollonius Molon et de Lysimaque sur les lois juives. Mentionnant l'œuvre de Moïse, le plus ancien des législateurs connus, Flavius Josèphe rappelle que celui-ci fut conseillé et guidé par Dieu, lui inspirant tous ses actes et pensées. Loin d'être un sorcier ou un imposteur, Moïse ne s'est pas inspiré des formes de gouvernement comme la Monarchie, l'Oligarchie ou la Démocratie, il a « institué le gouvernement théocratique, plaçant en Dieu le pouvoir et la force »[1]. L'historien juif reconnaît que cette expression de « gouvernement théocratique » fait violence à la langue. Il poursuit en affirmant que la loi mosaïque a été fondée suivant la volonté de Dieu, que le but du gouvernement de constitution théocratique consiste dans la surveillance rigoureuse de la loi.

Exemples

Une théocratie ne doit pas être confondue avec un État imposant une religion d'État, car dans ce dernier cas le gouvernement n'affirme pas nécessairement détenir ses pouvoirs d'une autorité divine, et le pouvoir n'y est pas nécessairement exercé non plus par une autorité religieuse.

Les théocraties actuelles sont principalement :

  • le Vatican, État indépendant depuis 1929 (accords du Latran avec l'Italie), régi par le pape, qui détient la plénitude des pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires ;
  • tout État islamique, c'est-à-dire un État imposant la charia ou se posant comme un "califat" (خلافة).

Exemples de théocraties passées :

  • le Tibet (féodalité dirigée à la fois par des élites traditionnelles et par des chefs religieux)
  • la Chine, l'empereur étant "fils du Ciel"
  • l'Empire byzantin, l'empereur étant représentant de Dieu sur terre
  • en Suisse : Genève sous Jean Calvin, Zurich sous Huldrych Zwingli
  • en Italie : Florence sous Savonarole (de 1494 à 1498)

Citations

  • La théocratie devrait être partout car tout homme, ou prince ou batelier, doit obéir aux lois éternelles que Dieu lui a données. (Voltaire, Dictionnaire philosophique)
  • Occupez vous du bien commun. Et, comme on doit le faire, moi je vais vous le dire selon ce que Dieu m'aura inspiré. (Jérôme Savonarole, 1494)
  • Pour l'islam, la séparation du politique et du religieux n'a pas le droit d'exister. Elle est même choquante, car elle passe pour un abandon de l'humain au pouvoir du mal, ou une relégation de Dieu hors de ce qui lui appartient. (Rémi Brague)
  • Pour nous, qui avons reçu cette conviction que la loi, dès l'origine, a été instituée suivant la volonté de Dieu, ce serait même une impiété que de ne pas l'observer encore. Et en effet, que pourrait-on y changer ? Que trouver de plus beau ? ou qu'y apporter de l'étranger qu'on juge meilleur ? Changera-t-on l'ensemble de la constitution ? Mais peut-il y en avoir de plus belle et de plus juste que celle qui attribue à Dieu le gouvernement de tout l'État, qui charge les prêtres d'administrer au nom de tous les affaires les plus importantes et confie au grand-prêtre à son tour la direction des autres prêtres ? (Flavius Josèphe, Contre Apion II)
  • Le mahométisme est la religion qui a le plus complètement confondu et entremêlé les deux puissances [politiques et religieuses] ; de telle sorte que le grand prêtre est nécessairement le prince, et le prince le grand prêtre, et que tous les actes de la vie civile et politique se règlent plus ou moins sur la loi religieuse. (Tocqueville, Notes sur le Coran)
  • De toutes les tyrannies qui frappent l'humanité, la pire est la tyrannie en matière de religion. (Thomas Paine)
  • Qui, autrefois, se préoccupait de notre nourriture, de nos habitudes de consommation, de nos pratiques sexuelles, de nos habitudes de penser, des journaux que nous lisions ? Les églises et les religieux de tous bords. Qui, aujourd’hui, se préoccupe de savoir si on fait l’amour avec un préservatif ou non, si on fume ou non, si on mange des graisses saturées ou non, si on a bien appris à se laver les dents, si on a bien mis sa ceinture de sécurité en voiture, si on n’a pas trop bu d’alcool, si on ne lit pas des livres interdits comme les ouvrages qui font l’éloge de la fraude fiscale ou du suicide ? L’État et les experts de la santé publique. Un point commun existe entre eux, les religieux et les hommes de l’État : leur désir de s’approprier nos corps et nos esprits. (Bertrand Lemennicier)

Bibliographie

Notes et références

  1. Flavius Josèphe, Contre Apion, livre II


Liens externes


3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.


P religion.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail sur les sujets de spiritualité et religion.


7684-efdur-Justice.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail concernant le droit et la justice.