Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Raimondo Cubeddu

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
Raimondo Cubeddu
Epistemologue

Dates (1951 - )
Cubeddu.jpg
Tendance École autrichienne
Origine Italie Italie
Articles internes Autres articles sur Raimondo Cubeddu

Citation
inter lib.org sur Raimondo Cubeddu

Raimondo Cubeddu, né en 1951, est un professeur d'études Politique à l'Université de Pise, en Italie. C'est un spécialiste de l'école autrichienne d'économie et d'épistémologie. Libéral et scientifique, il fait partie du bureau éditorial du Journal of Libertarian Studies et il a tenté de mettre en valeur la richesse intellectulle libertarienne italienne. En particulier, il fut un des premiers, en 1996, à lier l'apport intellectuel du libertaire Saverio Merlino[1] avec les auteurs de l'école autrichienne d'économie.

Une théorie de la liberté du droit à la diversité d'actions individuelles

Dans un article écrit en 1999 dans la revue 'Il politico", Raimondo Cubeddu tente de clarifier la relation qui existe entre un ordre individuel et un «ordre étendu, en accordant une attention particulière à la théorie de Friedrich Hayek de la connaissance issue de son ouvrage L'Ordre Sensoriel. La philosophie en sciences sociales, chez Friedrich Hayek est fondée sur une théorie de la connaissance.

Au commencement du développement de la théorie autrichienne, Carl Menger et Eugen von Böhm-Bawerk avait présenté le processus de l'évaluation subjective dans le domaine économique par ce que Friedrich Wieser avait dénommé l'imputation. Friedrich Hayek a œuvré dans les années 1930 et 1940, à l'étude critique de la problématique de la théorie de l'équilibre économique et de l'impossibilité pratique de la planification collectiviste. Ce point fondamental de la philosophie politique de Hayek correspond à son programme scientifique, conçu comme une théorie de "l'ordre", et soulignant la manière par laquelle un "ordre social" résulte d'une pluralité de différents "ordres individuels". Au lieu de distendre les relations épistémologiques entre Friedrich Hayek et Ludwig von Mises, Raimondo Cubeddu les rapproche en présentant l'apport de Hayek intégrée dans une théorie générale de l'action humaine qui est liée inextricablement aux diverses manières dont chaque individu construit des anticipations opportunes. L'ordre social est le résultat plus ou moins intentionnel de l'échange d'ordres individuels. Alors, ce genre de production est compliqué par le fait que les individus ont différentes anticipations et parfois des anticipations subjectives opposées.

Dans ce cas, Raimondo Cubeddu convient qu'il faut prendre comme point de départ, l'acceptation comme a priori de la rareté de la connaissance individuelle et de sa dispersion sociale. Par ailleurs, il ajoute, dans la méthodologie, l'apport du concept cognitif de Friedrich Hayek dont le processus joue un rôle important. La question se pose de savoir comment un ordre est établi entre des perceptions sensorielles des différents esprits individuels. Il s'agit d'une méthodologie praxéologique qui étudie l'action individuelle guidée par des anticipations subjectives de temps subjectif, c'est à dire par le temps qu'un individu pense disposer pour satisfaire ses besoins personnels (subjectifs). Par conséquent, le processus de marché et la catallactique sont considérés comme des formes par lesquelles les individus effectuent des changements (plus ou moins nets) des informations concernant leurs opportunités de réaliser des anticipations subjectives. Aussi, les institutions sociales dans l'environnement culturel de chaque individu deviennent des tentatives de produire de la certitude, afin de rendre les prévisions fiables sur le degré de réalisation des anticipations individuelles et sociales. Les résultats pour atteindre cet ordre, toujours en cours de réalisation, constituent des modèles de développement. En conclusion, Raimondo Cubeddu présente la philosophie politique de Friedrich Hayek, comme le support d'une théorie du "meilleur ordre politique", car elle est basée sur une théorie de la liberté du droit à la diversité d'actions individuelles.

Publications

Pour une liste détaillée des œuvres de Raimondo Cubeddu, voir Raimondo Cubeddu (bibliographie)




Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.
  1. F. Saverio Merlino, socialiste italien et premier critique du marxisme, nie la faisabilité du communisme marxiste, basé sur la mauvaise théorie classique de la valeur. En s'appuyant sur la théorie de l'utilité marginale de la première école autrichienne, Saverio Merlin tente une synthèse entre un socialisme non marxiste, l'économie de marché et la démocratie libérale.
    • 1996, G. Berti, "Merlino: socialista, liberale e libertario", ("Merlino : socialiste, libéral et libertaire"), Ideazione, Vol 3, n° 5, septembre-octobre, pp138-147