Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Elgin Groseclose

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche

Elgin Earl Groseclose est né à Waukomis, dans l'État d'Oklahoma le 25 novembre 1899. Il succombe le 4 avril 1983 suite à un accident vasculaire cérébral à l'âge de 83 ans. C'était un économiste américain qui soutenait la monnaie basée sur un métal précieux comme l'or ou l'argent. Il fut également un romancier et ses autres intérêts faisaient appel à ses convictions profondément religieuses. En 1956, lui et sa femme ont fondé "Welfare of the Blind, Inc.", une agence chrétienne créée pour aider les enfants aveugles au Moyen-Orient et en Afrique.

L'aîné d'une famille de cinq enfants eut dès son enfance l'ambition de devenir écrivain, ce qui le motiva à l'école. Il est entré à l'Université de l'Oklahoma en 1916 et il a obtenu son diplôme universitaire (A.B.) en sociologie en 1920. Il choisit alors d'enseigner dans une école missionnaire presbytérienne à Tabriz, en Perse (actuellement en Iran) de 1920 à 1923. Il passa également quelque temps en Arménie et en Union soviétique. Il est alors brutalement arrêté et emprisonné par la police secrète soviétique ("la tcheka"). Finalement, il est exilé de l'Union soviétique et renvoyé aux États-Unis, précisément à Washington DC. Là, il occupa un emploi au ministère du commerce en tant que spécialiste de la finance.

Un économiste tenant de la rigueur monétaire

Pendant son séjour à Washington, Elgin Groseclose a fréquenté l'Université américaine où il a obtenu à la fois son Master (1924) et son doctorat en philosophie (1928)[1]. Après son mariage en 1927, Elgin et Louise Groseclose ont déménagé à New York. Là, Elgin a occupé les postes de rédacteur financier du magazine Fortune et fut chargé de cours en banque et en finance au City College de New York. En 1932, toute la famille va dans l'État d'origine de chef de famille, l'Oklahoma. Il devient professeur adjoint au College of Business de l'Université de l'Oklahoma.

Il publie alors son premier livre, "Money: The Human Conflict", en 1934. En 1935, il est repéré par la Federal Communications Commission à Washington DC qui le recrute. Il occupe le poste d'économiste financier avant de devenir économiste senior pour l'Internal Revenue Service. De 1935 jusqu'à sa mort, Elgin Groseclose et sa femme, Louise, ont vécu à Washington, D.C. où ils ont élevé quatre filles.

Il s'est imposé comme une autorité dans les domaines des finances et de la politique monétaire. Après avoir travaillé comme assistant spécial de la mission économique d'Arthur Millspaugh en Perse, le Parlement iranien l'a nommé en 1943, trésorier général de l'Iran dans le but de contrôler l'inflation galopante qui avait infesté ce pays. Il a réussi à faire baisser le taux d'inflation en Iran en mettant de l'or en vente auprès du public. À son retour à Washington en 1944, il a créé la société de conseil financier et d'investissement "Groseclose, Williams & Associates". Il s'est battu contre la politique des États-Unis d'aide aux pays étrangers. Il a également préconisé l'utilisation de la monnaie d'argent comme base monétaire. Il a organisé l'Institut de recherche monétaire en 1960.

Un spécialiste de l'Iran

En 1937, il écrit son premier roman, "The Persian Journey of the Reverand Ashley Wishard and His Servant Fathi". Ses liens avec l'Iran sont forts. Il dirigea également la Persian Relief Commission et écrivit un livre intitulé "Introduction to Iran" en 1947 qui comprend un résumé de l'histoire ancienne de l'Iran. Sa présentation plus détaillée de la structure économique est factuelle et précise. Son expérience passée en tant que missionnaire chrétien lui permet de donner des détails avec des récits de conversions individuelles au christianisme. En outre, il donne des informations sur les coutumes, les moyens de subsistance, la politique et la morales des gens. Et, il affirme, dès 1947, que l'amélioration de la condition du peuple iranien ne sera possible qu'avec l'abandon de la religion musulmane et de l'absorption de l'éthique chrétienne. Ce point de vue pouvait choquer à l'époque où tout semblait aller dans le sens de sécularisation de la structure sociale. Mais, l'histoire plus récente à la fin des années 1970 a montre la montée du radicalisme islamique sans voir apparaître le développement du pays pour autant. Nul ne sait si les préconisations fortes d'Elgin Groseclose étaient justes et réalistes mais le mouvement inverse d'un socialisme religieux et radical a démontré ses erreurs manifestes.

"Ararat", un roman basé sur ses expériences malheureuses en tant que prisonnier en Union soviétique, est publié en 1939. Cette entreprise scripturale lui a valu la récompense de l'American Booksellers, de la National Book et de la Foundation for Literature. Il a poursuivi son succès en tant que romancier. Au total, il a publié neuf romans entre 1937 et 1980, dont "Le voyage persan du révérend Ashley Wishard et de son serviteur, Fathi" (1937), "Ararat" (1939), "Le dragon de feu" (1942), "La Carmélite" (1955), "Le cimeterre de Saladin" (1956), "Olympia" (1980).

Informations complémentaires

Notes et références

  1. Il y rencontre également Louise Williams, fille d'un éminent avocat de Washington, et l'a épousée le 25 juin 1927

Publications

  • 1927, "Currency systems of the Orient", Washington: U.S. Govt. print. off.
  • 1934, "Money: the human conflict : a survey of monetary experience", University of Oklahoma press
    • Nouvelle édition en 1961, avec un nouveau titre, "Money and Man. A Survey of Monetary Experience", New York: Frederick Ungar Publishing Co.
    • 3ème édition en 1967, New York: Frederick Ungar Publishing Co.
    • 4ème édition révisée et élargie en 1976, University of Oklahoma Press
    • 5ème édition en 1977, University of Oklahoma Press
    • Extrait en 2021, "The Great Paper-Money Experiment", extrait du livre d'Elgin Groseclose, "Money and Man" publié sur le site du Ludwig von Mises Institute le 20 février 2021
  • 1937, "The Persian journey of the Reverend Ashley Wishard and his servant, Fathi", Indianapolis: Bobbs-Merrill
  • 1939, "Ararat", New York, Carrick & Evans
  • 1942, "The firedrake", New York: Lippincott
  • 1943, "Near Eastern postwar monetary standards", New York: The Monetary standards inquiry
  • 1944, "Expanding business and the excess profits tax", Temple law quarterly, September
  • 1947, "Introduction to Iran", New York: Oxford University Press
  • 1955, "The Carmelite", New York: Macmillan
  • 1956, "The scimitar of Saladin", New York: Macmillan
  • 1962, "The decay of money. A survey of Western currencies, 1912-1962", Washington: Institute for Monetary Research
  • 1975, "The silken metal. silver, past, present, prospective", Washington: Institute for Monetary Research
  • 1978, "The Kiowa", D. C. Cook Pub. Co.
  • 1980, "Olympia", D.C. Cook Pub. Co.

Littérature secondaire

  • 1948, Ali Aghassi, commentaire des livres d'Elgin Groseclose, "Introduction to Iran"; de Raj Narain Gupta, "Iran: An Economic Study" et de Doreen Warriner, "Land and Poverty in the Middle East", Political Science Quarterly, Vol 63, n°4, Dec., pp617-619
  • 1963, Ross M. Robertson, commentaire du livre d'Elgin Groseclose, "Money and Man. A Survey of Monetary Experience", The Journal of Economic History, Vol 23, n°1, pp102-103