Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Daron Acemoglu

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche
Daron Acemoglu
Économiste

Dates
6a00d8341caf5253ef00e54f3e91608834-800wi.jpg
Tendance
Origine Turquie Turquie
Articles internes Autres articles sur Daron Acemoglu

Citation
inter lib.org sur Daron Acemoglu

Daron Acemoglu, né le 3 septembre 1967, est un économiste Arménien de Turquie qui enseigne au MIT. Il est diplômé en économie de l'université de York au Royaume-Uni. Il a obtenu son doctorat en économie à la London School of Economics en 1992.

Il est lauréat de la médaille John Bates Clark en 2005 et fait partie, actuellement, des vingt économistes les plus cités dans la littérature académique.

Travaux

Pour lui, les individus sont mus essentiellement par la recherche de leurs intérêts matériels. Les idées ne gouvernent pas le monde, les intérêts seuls sont le moteur de l’histoire : l’économie agit comme infrastructure, les idéologies comme superstructures. Il est en particulier l'auteur de Economic Origins Of Dictatorship And Democracy: Economic And Political Origins, avec James A. Robinson.

En 1995, Daron Acemoglu a développé un modèle de l'entrepreneuriat en suivant les traces de William Baumol. Il discuta du compromis entre l'entrepreneuriat productif et improductif. Selon lui, les structures de récompense sont déterminées de manière endogène parce que les comportements improductifs passés des entrepreneurs constituent des éléments déterminants pour évaluer les récompenses actuelles. Dans la lignée de la littérature sur l'entrepreneuriat institutionnel, il a adopté un raisonnement qui précise selon lequel les sociétés peuvent se retrouver piégées dans une recherche d'équilibre de rente qu'elles sont alors impuissantes à modifier.

Des institutions inclusives pour le développement des nations

Selon Daron Acemoglu et John Robinson (2012), les nations développent deux types d'institutions économiques, celles qui sont inclusives et celles qui sont exclusives. Les institutions économiques inclusives sont celles qui permettent et encouragent de la grande masse de population à participer dans des activités économiques qui utilisent au mieux leurs talents et leurs compétences. Elles autorisent en toute liberté les individus de faire les choix qu'ils souhaitent dans la limite de leurs responsabilités. Pour être inclusives, les institutions doivent sécuriser la propriété privée, assurer un système juridique impartial et offrir des services publics dans des conditions équitables. Dans ces institutions, les gens peuvent échanger et contracter librement. L'entrée de nouvelles entreprises dans un secteur d'activité économique doit être totalement liber et les gens doivent être laissés libres de choisir leur carrière.

Les institutions extractives sont très différentes selon la définition des auteurs. Elles sont conçues volontairement ou involontairement pour extraire des revenus et des richesses d'un sous-ensemble de la société au profit d'un autre sous-ensemble. L'aspect constructiviste de ces institutions mène à penser de l'objectif intentionnel de leur fonction captatrice de richesses aux dépens de certains de ses membres; Ainsi, les institutions économiques extractives profitent aux élites au détriment de la société globale, tandis que les institutions politiques extractives permettent aux mêmes élites de structurer de façon évolutive les futures institutions politiques.

La relation entre la démocratie et la réussite des nations

En 2006, avec James A. Robinson, il ont utilisé la théorie des jeux pour modéliser les origines de la démocratie moderne. Pour bâtir le modèle, Acemoglu a recours au Rasoir d’Occam : les élites détienne de facto le pouvoir ou la richesse (et généralement les deux). Dans les démocraties, c’est le peuple qui décide ; dans les « non-démocraties », ce sont les élites. Les élites s’opposent donc à la démocratie lorsqu’elles ont tout à y perdre ; les peuples s’accommodent de la « non-démocratie » dans des sociétés stables qui ne croissent pas, parce que les injustices y sont supportables. Mais, en période de croissance, les rapports de force et les exigences se modifient. Ainsi, les élites cèdent lorsque le coût de la démocratie leur paraît moindre que celui de la résistance à celle-ci.

Aucune démocratie ne pourra donc être instaurée ni devenir stable, si elle n’est pas fondée sur la nécessité économique d’un partage entre les élites et le peuple. Les auteurs sont arrivés à la conclusion que les démocraties émergent face à la dictature lorsque les autorités doivent faire des concessions pour éviter de perdre totalement le pouvoir. Autrement dit, la démocratie est liée et dépendante de la dictature.

Dans le livre écrit en commun avec James A. Robinson en 2019, "Le corridor étroit", les auteurs prolongent leur volume écrit précédemment intitulé "Pourquoi les nations s'effondrent". Les deux livres sont axés sur l'étude des institutions et des États. Dans ce dernier ouvrage, ils précisent davantage les conditions institutionnelles qui doivent être remplies pour obtenir une réussite économique et démocratique des États. Les auteurs écartent le fait qu'une démocratie libérale soit la garantie d'une société qui fonctionne, comme l'exemple de l'Inde l'a montré. Au lieu de cela, ils soutiennent que la démocratie est un élément de base crucial, qui doit être constamment nourri et entretenu grâce aux interactions sociétales et au développement institutionnel. Les auteurs soulignent le rôle joué par les institutions qui conduisent à de bonnes pratiques de gouvernance et de responsabilité. Ils étudient la manière dont les nations ont créé un État suffisamment fort pour maintenir l'ordre et les moyens employés pour contrôler le Léviathan en phase de croissance. Ils soutiennent qu'il n'y a rien d'intrinsèquement stable ou d'automatique dans le prétendu contrat sociétal établie par le concept de démocratie libérale. Les sociétés stables trouvent toujours leur origine dans la concurrence économique, sociale et politique évoluant dans un « couloir étroit ». Par conséquent, les démocraties libérales doivent donc maintenir et reproduire des institutions afin de rester sur cette bande étroite d'une stabilité sociétale et vers la croissance économique.

Informations complémentaires

Publications

  • 1995, "Reward Structures and the Allocation of Talent", European Economic Review, Vol 39, pp17-33
  • 1998, avec J. -S. Pischke, Why do firms train? Theory and Evidence, Quarterly Journal of Economics
  • 2000, avec Thierry Verdier, The Choice Between Market Failure and Corruption, American Economic Review, Vol 90, n°1, March, pp194–211
  • 2001,
    • a. avec Simon Johnson, James Robinson, “The Colonial Origins of Comparative Development: An Empirical Investigation”, American Economic Review, Vol 91, n°5, pp1369-1401
    • b. avec Simon Johnson et James Robinson, "Reversal of Fortune: Geography and Institutions in the Making of the Modern World Income Distribution", NBER Working Paper n°8460
    • c. avec J. Angrist, "Consequences of employment protection? The case of the Americans with Disabilities Act", Journal of Political Economy, Vol 109, pp915-957
    • d. avec James Robinson, "A Theory of Political Transitions", American Economic Review, Vol 91, n°4, pp938-963
  • 2002, avec Simon Johnson, James Robinson, “Reversal of Fortunes: Geography and Institutions in the Making of the Modern World Income Distribution”, Quarterly Journal of Economics, Vol 117, n°4, pp1231-1294
  • 2003,
    • a. avec Simon Johnson et James Robinson, "An African Success Story: Botswana", In: D. Rodrik, dir., "In Search of Prosperity: Analytic Narratives on Economic Growth", Princeton, N.J.: Princeton University Press, pp80–119
    • b. "Why not a political Coase theorem? Social conflict, commitment and politics", Journal of Comparative Economics, Vol 31, n°4, pp620–652
  • 2005,
    • a. avec Simon Johnson, “Unbundling Institutions”, Journal of Political Economy, Vol 113, n°5, pp949-995
    • b. avec Simon Johnson, James Robinson, "Institutions as the Fundamental Cause of Long Run Growth", In: Philippe Aghion, Steve Durlauf, dir., "Handbook of Economic Growth", Amsterdam: North-Holland, Elsevier, ch 6, Vol 1, pp385–472
    • c. avec Simon Johnson, James Robinson, "The Rise of Europe: Atlantic trade, institutional change and growth", American Economic Review, Vol 95, pp546–579
    • d. "Constitutions, politics, and economics: A review essay on Persson and Tabellini’s ‘The economic effects of constitutions’", Journal of Economic Literature, Vol 43, pp1025– 1048
  • 2006, avec James A. Robinson, "Economic Origins of Dictatorship and Democray", New York: Cambridge University Press
  • 2007, avec Philippe Aghion, Claire Lelarge, John Van Reenan et Fabrizio Zilibotti, “Technology, Information and the Decentralization of the Firm”, Quarterly Journal of Economics.
  • 2008,
    • a. avec James A. Robinson, "Persistence of Power, Elites and Institutions", American Economic Review, 98(1), pp267-293
    • b. "Oligarchic versus Democratic Societies", Journal of the European Economic Association", Vol 6, n°1, pp1–44
  • 2009,
    • a. "The Crisis of 2008: Structural Lessons for and from Economics", MIT. Mimeo
    • b. "Introduction to modern economic growth", Princeton (NJ): Princeton University Press
  • 2010,
    • a. "The Crisis of 2008: Lessons for and from Economics", In: Jeffrey Friedman, dir., "What Caused the Financial Crisis", University of Pennsylvania Press
    • b. "Theory, general equilibrium, and political economy in development economics", Journal of Economic Perspectives, Vol 24, pp17–32
  • 2015, avec James A. Robinson, "The Rise and Decline of General Laws of Capitalism",Journal of Economic Perspectives, Vol 29, pp3–28
  • 2019, avec James A. Robinson, "The Narrow Corridor. States, Societies, and the Fate of Liberty", Penguin Publishers, New York
    • Traduit en espagnol en 2019, "El pasillo estrecho", España: Deusto.

Littérature secondaire

  • 2012, Ross B. Emmett, "Inclusive Institutions and Bourgeois Dignity", commentaire du livre de Daron Acemoglu & James A. Robinson, "Why Nations Fail: The Origins of Power, Prosperity and Poverty", Faith & Economics, n°60, Fall, pp61-69
  • 2020, Henri Aaltonen, Jari Eloranta, commentaire du livre de Daron Acemoglu et de James A. Robinson, "The Narrow Corridor. States, Societies, and the Fate of Liberty", Configurações, Vol 26, n°1, pp151-154

Liens externes


Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.