Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


État de nature

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche

L'État de nature est une construction théorique en philosophie politique utilisée notamment dans les théories du contrat social pour décrire la condition hypothétique de l'humanité avant la fondation politique de l'État et de son monopole sur l'utilisation de la force et violence dans un territoire donné. Dans un sens général, l'état de nature est la condition des hommes avant l'instauration de la règle de loi positive, et peut être assimilé à l'état d'anarchie.

Dans certaines versions de la théorie du contrat social, il n'existe aucune règle dans l'état de nature, seules existent les libertés, c'est le contrat qui instaure les règles et obligations. Dans d'autres versions, c'est l'inverse : le contrat impose des restrictions sur les individus qui restreignent alors leurs droits naturels.


L'état de nature selon Hobbes

Pour Thomas Hobbes, les hommes ont une inclination naturelle de se nuire les uns aux autres, par conséquent, l'état de nature est un état de guerre perpétuelle de tout homme contre tout homme (Bellum omnium contra omnes). Or dans cet état, toutes choses sont permises à tous, il n'existe aucun pouvoir coercitif pour brider les passions de l'homme. C'est un état où tous les hommes sont naturellement égaux, où tout homme est juge, où il n'y a pas de place pour l'accusation. C'est un état où il n'y a pas de lois ni de conventions civiles instaurées.

Pour Hobbes, dans l'état de nature, même le plus fort ne peut s'assurer de sa sûreté car tous les hommes ont droit à tout, aucune possession réelle n'est possible, tout est abandonné à la fraude et à la force.

L'état de nature selon Spinoza

Dans l'état de nature (status naturalis), Baruch Spinoza appelle "droit naturel" (jus naturalis) le droit de chaque personne d'agir à sa guise, selon sa "propre nature" :

Et comme c’est une loi générale de la nature que chaque chose s’efforce de se conserver en son état autant qu’il est en elle, et cela en ne tenant compte que d’elle-même et en n’ayant égard qu’à sa propre conservation, il s’ensuit que chaque individu a le droit absolu de se conserver, c’est-à-dire de vivre et d’agir selon qu’il y est déterminé par sa nature. (Baruch Spinoza, Traité Théologico-Politique, XVI)

L'état de nature est un état de conflit et de désordre :

Tant que les hommes ne sont censés vivre que sous l’empire de la nature, celui qui ne connaît pas encore la raison, ou qui n’a pas encore contracté l’habitude de la vertu, qui vit d’après les seules lois de son appétit, a aussi bon droit que celui qui règle sa vie sur les lois de la raison. (...) Ainsi ce n’est pas la saine raison qui détermine pour chacun le droit naturel, mais le degré de sa puissance et la force de ses appétits. (Baruch Spinoza, ibid.)

C'est la raison qui pousse les hommes à réfréner leurs "appétits", et leur enjoint « de ne faire à personne ce qu’ils ne voudraient pas qu’on leur fît, et de défendre les droits d’autrui comme leurs propres droits ». Ils renoncent à leur "droit naturel" pour confier leur défense à un souverain :

Quiconque a transféré à un autre, soit volontairement, soit par contrainte, le droit de se défendre, a renoncé tout à fait à son droit naturel, et s’est engagé conséquemment à une obéissance absolue et illimitée envers son souverain, obéissance qu’il doit tenir tant que le roi ou les nobles, ou le peuple, gardent la puissance qu’ils ont eue, laquelle a servi de fondement à la translation des droits de chacun. (Baruch Spinoza, ibid.)

L'état de nature selon Locke

Tout comme Hobbes, John Locke élabore sa propre conception de l’état de nature, toutefois, d'une manière différente.

L'état de nature est un état de liberté incontestable où nul ne doit nuire à un autre. D'une autre part le droit de propriété, en tant que loi naturelle, est essentiellement antérieur à l'institution de la société, il ne dépend pas du consentement d'autrui ou de la loi politique : la propriété est naturelle, nullement conventionnelle. D'autre part, les hommes ayant les mêmes facultés dans la communauté de nature, chacun obéit à la loi de la nature qui a pour but la conservation du genre humain, de sorte qu'envahir les droits d'autrui et/ou faire tort à son prochain est une violation de cette loi.

Locke rajoute que « Lorsque quelqu'un viole la loi de la nature, et s'éloigne des droites règles de la raison, fait voir qu'il renonce aux principes de la nature humaine ». Ce droit de conserver le genre humain, permets de pouvoir punir le crime, et la moindre infraction des lois de la nature.

C'est généralement la théorie de Locke qui prévaut dans le libéralisme : La liberté, dans la société civile, consiste à n'être soumis à aucun pouvoir législatif, ce dernier sert strictement et uniquement à régler les différends ou réprimer les crimes.

L'état de nature selon Rousseau

« La plus ancienne de toutes les sociétés, et la seule naturelle, est celle de la famille : encore les enfants ne restent-ils liés au père qu'aussi longtemps qu'ils ont besoin de lui pour se conserver ». - Jean-Jacques Rousseau (1762), Du contrat social

Pour Rousseau l'état de nature est un « paradoxe fort embarrassant à défendre, et tout à fait impossible à prouver »[1]. Pour lui il ne s'agit pas d'une condition avec valeur historique, mais seulement d'un raisonnement hypothétique et conditionnel.

Toutefois, même considérant l'hypothèse, Rousseau conçoit l'état naturel de l'homme en tant que condition primitive, condition préalable à celle de l'état civil. Dans le chapitre VIII Du Contrat Social, Rousseau décrit le passage de lʼétat de nature à lʼétat civil, le passage de la liberté naturelle à la liberté civile, comme un changement et sous forme de comparaison il décrit l'état de nature comme étant un état où l'homme est conduit par l'instinct, l'impulsion physique et l'appétit, comme étant un état où l'homme est un animal stupide et borné.

Voir aussi

Citations

  • « Lorsque quelqu'un viole la loi de la nature, qu'il s'éloigne des droites règles de la raison, et fait voir qu'il renonce aux principes de la nature humaine, et qu'il est une créature nuisible et dangereuse, chacun est en droit de le punir ». (John Locke, Traité du gouvernement civil)
  • « Nous parlons d’un état de nature de l’homme, non du fait qu’il découlerait des principes physiques de l’essence de l’homme hors de toute imposition ; mais parce qu’il procède de l’imposition divine, qui accompagne l’homme depuis sa naissance ». (Samuel von Pufendorf, De jure naturae et gentium)

Notes et références

  1. Rousseau, sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes

1868-41439.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail philosophie et épistémologie du libéralisme.


3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.