Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Cryptocratie

De Wikiberal
Aller à la navigation Aller à la recherche

La cryptocratie désigne un pouvoir caché, une oligarchie qui agit dans l'ombre.

La cryptocratie (terme d'emploi rare[1]) peut désigner aussi bien les sociétés secrètes qui agissent dans l'ombre que le shadow government.

En 1978, l'écrivain Walter Bowart développe dans son ouvrage Operation Mind Control l'idée que les États-Unis sont dominés par une cryptocratie qui cherche à contrôler les esprits :

La cryptocratie est le gouvernement secret, dont l'identification et la localisation ont été mentionnées lentement et à contre-coeur par le Congrès à travers ses enquêtes sur le Watergate, la CIA, et le reste de la communauté du renseignement. [2]

Notes et références

  1. On le trouve employé (probablement pour la première fois) par Louis Pauwels et Jacques Bergier dans Le matin des magiciens, Gallimard, 1960.
  2. "Cryptocracy" is a compound of crypto, meaning "secret," and -cracy, meaning "rule, government, governing body." The cryptocracy, then, is the secret government whose identity and whereabouts have slowly and reluctantly been hinted at by the Congress through its investigations into Watergate, the CIA, and the rest of the intelligence community. (Operation Mind Control, chap. 1)

Voir aussi

Citations

  • Si l’on engloutit des milliards dans l’ombre, c’est bien qu’il doit s’y passer des choses. Mais lesquelles ? Essayez de les discerner, et vous voici traité de complotiste. Tout en reprochant au pouvoir son culte du secret, l’opinion lui laisse carte blanche pour opérer en secret — pour autant que ce secret-là soit... officiellement admis ! (Slobodan Despot, 03/04/2016)
  • Le mot même de "secret" est répugnant à une société libre et ouverte ; et nous en tant que peuple sommes inhéremment et historiquement opposés aux sociétés secrètes, à leurs serments et à leurs activités. Nous décidâmes il y a longtemps déjà que les dangers d'une dissimulation excessive et illégitime des faits pertinents dépassaient largement les dangers que l'on cite pour les justifier. Même aujourd'hui, il y a peu de valeur à opposer la menace d'une société fermée en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujourd'hui, il y a peu de valeur à assurer la survie de notre nation si nos traditions ne survivent pas avec elles. Et il y a un grave danger à ce que l'annonce du besoin d'une plus grande sécurité soit saisi par ceux qui brûlent d'étendre son sens jusqu'aux limites de la censure et de la dissimulation officielle. (J.-F. Kennedy, discours de 1961)
3835-22604.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail consacré au libéralisme politique.