Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Profit

De Wikiberal
Révision datée du 12 juin 2006 à 16:16 par Copeau (discussion | contributions) (wikification Durkheim)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche


Le profit est le gain réalisé (quand il existe) lors de la cession d'un bien ou d'un service quand on calcule la différence entre le prix retiré de l'échange et l'ensemble des coûts entrepris pour l'élaboration de ce bien ou de ce service. Le profit, lorsqu'il est réalisé, bénéficie alors au(x) propriétaire(s) du capital qui ont porté le risque du projet.

D'un premier abord, le profit semble être un phénomène facile à expliquer. En effet, une définition large du profit considére celui-ci comme étant composé des revenus de l'entreprise, qui vont permettre de remunérer ses propriétaires (bénéfices distribués) ou qui vont constituer de nouveaux moyens de financement pour l'entreprise (bénéfices non distribués et amortissement). Le défaut de cette définition, est qu'elle n'explique en rien les origines de ce que l'on nomme "profit". Elle ne nous permet pas de comprendre les phénomènes qui l'engendrent. Ainsi, essayons de plonger dans la catallaxie pour réfléchir sur cette "évidence" que représente le profit car en sciences sociales rien n'est plus difficile que de comprendre et d'expliquer les "évidences".

Le profit est tout d'abord le fruit de l'activité de l'homme, de son travail, de son imagination. Le profit est donc une "création sociale". C'est dans ce sens qu'Adam Smith souligne dans le livre premier chapitre deux de la "Richesse des nations" ("Du principe qui donne lieu à la division du travail") que ce qui différencie les hommes des animaux c'est leur penchant naturel "qui les porte à trafiquer, à faire des trocs et des échanges d'une chose pour une autre". Ainsi, l'homme primitif ne possédait pas encore ce penchant, ou cet "esprit du capitalisme" (Max Weber) puisqu'il produisait principalement dans le but d'une consommation personnelle. De la même manière que les animaux, il travaillait pour lui-même et non pour les autres. Pour Emile Durkheim ("De la division du travail social"), c'est principalement par le gonflement démographique, car celui-ci stipule une croissance des besoins à satisfaire et donc une augmentation de la demande, que l'homme a commencé à collaborer, à améliorer sa capacité de production. Ainsi une division du travail de plus en plus performante s'est developpée.

Cette division du travail, de plus en plus poussée, engendre, pour l'activité humaine, deux conséquences majeures : tout d'abord l'homme ne produit plus seulement dans le but de satisfaire ses besoins propres car les gains de productivité issus de la division du travail permettent de dégager des "surplus", ces surplus pouvant être échangés sur un marché contre d'autres marchandises ayant elles-mêmes ce pouvoir d'être échangées contre d'autres produits. Le profit est donc intimement lié à la monnaie car au fur et à mesure que les échanges se multiplient, se complexifient, l'homme a besoin d'une unité de mesure unique, reconnue et acceptée par tous les membres de la catallaxie, ayant comme propriété principale de pouvoir comparer l'utilité des biens hétérogènes entre eux. La monnaie, comme unité de mesure de l'utilité, devient donc le moyen principal de mesurer le profit. Le profit est donc une mesure de l'utilité de l'activité de l'homme, de la capacité que cette action possède pour satisfaire les membres de la catallaxie. En effet, comme le montre Ludwig von Mises dans "L'action humaine", dans une économie libre l'entrepreneur est le capitaine, mais ce sont les consommateurs qui choisissent, qui jugent. Ainsi, ce sont les consommateurs qui décident quelles actions sont profitables pour la communauté et celles qui ne le sont pas : le libre choix est donc le guide du profit. Dans cette vision des choses, valeur d'usage et valeur d'échange sont étroitement liées...

La deuxiéme conséquence de l'accumulation de richesses, accumulation elle-même issue de la division du travail, réside dans l'émergence de ce que Max Weber, nous l'avons vu, nomme "l'esprit du capitalisme": En effet dans "L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme" Weber montre que le catholicisme était une religion qui verrouillait les tentatives de "profit" car il stipulait que le salut de l'homme passait par la fidélité à l'Eglise. En quelque sorte la richesse était considérée comme étant fondamentalement néfaste. C'est un peu l'opinion que défendait Hume puisque pour lui le désir d'enrichissement est "directement destructeur". Pour Weber, il faut attendre le protestantisme développé par Calvin pour qu'un comportement économique tourné vers l'épargne et donc vers le profit émerge car le protestantisme de Calvin stipule que la réussite terrestre dans une activité professionnelle est d'abord un moyen de glorifier Dieu. Dès lors le profit se justifie.

Adam Smith s'oppose également à la pensée de Hume puisque pour lui lorsque les hommes suivent leurs intérêts égoïstes, ils sont conduits par une "main invisible" à satisfaire en même temps l'intérêt collectif. Pour lui, la société capitaliste est une société, et il le regrette, où chaque homme tend à devenir un marchand...

Division du travail et profit sont donc deux phénomènes étroitement liés. Mais l'étude ne doit pas s'arrêter là. En effet, le profit est aussi une composante de ce que les économistes nomment la "valeur ajoutée", la valeur ajoutée étant elle-même à la base du partage des fruits de l'activité humaine au sein des unités de production. L'analyse du profit stipule donc aussi une étude de ce partage...

Citations

  • Le profit (...) est fondamentalement incertain : sa nature est en effet résiduelle, c'est-à-dire que le profit est constitué par ce qui reste disponible dans l'entreprise une fois tous les engagements contractuels honorés (vis-à-vis des salariés, des prêteurs, mais aussi des fournisseurs et des clients). (Pascal Salin)
  • Le profit est la force motrice de l'économie de marché. Plus grands sont les profits, et mieux les besoins des consommateurs sont satisfaits. (Ludwig von Mises)


Money-128x128.png Accédez d'un seul coup d’œil au portail économie.