Vous pouvez contribuer simplement à Wikibéral. Pour cela, demander un compte à alexis.vintray@contrepoints.org. N'hésitez pas!


Histoire économique

De Wikiberal
Révision datée du 22 janvier 2022 à 02:28 par Ludovic Sesim (discussion | contributions) (→‎Bibliographie)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche

L'histoire économique a été introduite dans le champ des études universitaires approximativement vers la fin du XXème siècle. L'histoire économique a ensuite commencé à occuper une place dans les milieux universitaires comme un domaine de recherche et comme une discipline académique autonome.

L'histoire économique a traversé différentes phases, au cours desquelles elle s'est caractérisée par des méthodes changeantes et par de nouvelles approches de la matière. Les changements et les difficultés étaient, en quelque sorte, des réflexions sur les périodes où les évènements historiques se sont produits, en fonction des progrès dans les méthodes de recherche à disposition, du fait de l'élargissement de la division du travail parmi les chercheurs et de l'élargissement de leur perspective intellectuelle. Ces difficultés et ces ajustements furent des éléments essentiels du développement de la recherche de terrain et elles ont donc réellement renforcé et immunisé la discipline de l'histoire économique contre de sérieux handicaps futurs.

Toutefois, l'histoire économique a été écrite depuis que les livres d'histoire ont existé. Les Grecs, les Romains, les Chinois, les Arabes et les Européens médiévaux ont tous écrit sur l'histoire économique. Bien qu'ils n'aient pas classé leurs œuvres en tant qu'histoire économique, ces livres étaient remplis de matériaux tels que l'histoire du commerce, de l'agriculture, de l'entreprise, de la position de l'Etat en matière de réformes et de règlementation. Ces écrits ne faisaient pas de distinction entre l'histoire économique, politique et sociale. De telles distinctions ne sont apparues que lorsque des études séparées ont traité du commerce, des tarifs douaniers ou de l'agriculture. Un examen des principaux écrits du dix-septième et du dix-huitième siècle suggère que l'agriculture et le commerce avec leurs domaines connexes ont été les principaux sujets traités. La dette nationale, la monnaie et la production ont attiré lentement l'attention des chercheurs, d'autant plus que la fabrication et l'industrie ont peu à peu émergé. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, une nouvelle tendance est apparue. Des études d'industries spécifiques telles que le coton, la laine, le fer et les chemins de fer étaient en cours de développement.

La seconde moitié du dix-neuvième et le début du vingtième siècle a connu une nouvelle aurore dans l'histoire économique. La période a produit une riche collection de monographies et d'études spécialisées, telles que celles de l'école historique allemande. Ces études furent diverses, et dans de nombreux cas, suffisamment complètes pour couvrir l'économie nationale. Cependant, à quelques exceptions près, l'histoire économique, telles qu'elle fut présentée, était limitée par la faiblesse de disponibilité et d'étendue de ses ressources : les données historiques sont devenues l'objet d'investigation plutôt que leur interprétation. Mais, pire, encore, l'histoire économique fut fragilisée par ses objectifs méthodologiques avec un long débat sur les méthodes qui a pris place dans l'histoire de la pensée économique en Europe tout comme en Amérique. Les explications partielles des données sont devenues inadéquates pour la compréhension du changement économique dans une société beaucoup plus large et plus intégrée. Cet aspect évolutif de l'histoire économique a tranché avec le schéma de pensée des économistes classiques dont la principale préoccupation était essentiellement de décrire le développement des lois économiques dans un cadre statique. Et, bien que Karl Marx ait tenté de développer un cadre évolutif sans sa pensée économique, il a complétement exclu l'homme d'affaires individuel dans sa discussion sur le capitalisme et, ceci mît fin à sa potentiel association avec le développement de l'histoire commerciale. C'est également du fait de son rejet continu, de l'homme d'affaires individuel, qui l'éclipse des progrès réalisés par l'histoire de la pensée économique.

Bibliographie

  • 1906, L. L. Price, "The Study of Economic History", Economic Journal, Vol 16, March, pp17-18
  • 1920, Norman S. B. Gras, "The Present Condition of Economic History", The Quarterly Journal of Economics, Vol 34, n°2, Feb., pp209-224
  • 1922, Norman S. B. Gras, "An Introduction to Economic History", New York: Harper & Bros.
  • 1927, Norman S. B. Gras, "The rise and development of economic history", Economic History Review, Vol 1, pp12-34
  • 1930, Norman S. B. Gras, "Stages of economic history", Journal of Economic and Business History, Vol 2, pp395-418
  • 1944, Arthur Cole, "A report on research in economic history", Journal of Economic History, Vol 4, pp49-72
  • 1945, Arthur Cole, "Business history and economic history", Journal of Economic History, Vol 5 (Suppl.), pp45-53
  • 1958, Herman E. Krooss, "Economic history and the new business history", Journal of Economic History, Vol 18, pp467-480
  • 1968, Arthur Cole, "Economic history in the United States: Formative years of a discipline", Journal of Economic History, Vol 28, pp556-589
  • 1969, Thomas Cochran, "Economic history, old and new", The American Historical Review, Vol 74, n°5, Jun., pp1561-1572